Droit de réponse – collectif « Logelbach Village »

Suite à l’article paru le 06/07/2021 dans l’Alsace et les DNA, le maire et son groupe ont décidé de faire valoir leur droit de réponse :

Certes la communication peut toujours être meilleure, mais de là à dire qu’elle n’existe pas… Il convient en la matière de rétablir quelques vérités et de ne pas laisser se diffuser des infox malveillantes.

Rappelons le calendrier du devenir de ce terrain, devenu centre d’intérêt de la vie locale :
– Révision du PLU en 2018 et 2019 : deux réunions publiques et une enquête publique : aucune remarque sur le règlement de la zone alors que le PLU révisé comprend strictement les mêmes règles permettant le projet de HHA,
– Modification simplifiée n°6 du PLU : information du lancement de la procédure et aussi la façon dont on pouvait participer par un encart dans la presse (DNA), sur le site internet, et en affichage.
Par ailleurs, la concertation a duré un mois complet du 04 mai au 04 juin. Le conseil municipal a eu lieu le 18 juin.

Loin d’être une procédure confidentielle, la concertation a été ouverte et publique en correspondance de ce que demande la législation.

Dans la mesure où la modification du PLU était identique au PLU de 2019, la concertation avait déjà eu lieu et les réunions publiques aussi puisque le PLU modifié n’est rien d’autre que celui qui a été effectif de juin 2019 à février 2021.

Il est également important de rappeler que la propriété concernée relève du bien privé que le particulier propriétaire a choisi de vendre en l’absence de repreneur du café de la gare. Il a dans un premier temps trouvé un acquéreur potentiel qui avait un projet d’y construire 4 maisons individuelles ; projet qui n’a pas abouti faute d’acquéreurs des constructions (terrain peu attractif pour ce type d’habitat individuel, manifestement). L’affichage du projet sur la clôture durant de longs mois ne pouvait laisser croire que le terrain resterait indéfiniment inoccupé… mais qui montrait déjà que la végétation disparaissait…

HHA (Habitat de Haute Alsace, organisme public de logements) s’est ensuite porté acquéreur auprès du vendeur comme tout opérateur immobilier peut le faire. Il a ensuite déposé un permis de construire de deux petits bâtiments de 12 logements chacun dont un à destination de personnes âgées mais de type logements classiques individuels et non médicalisés. C’est ce projet, basé sur le PLU de 2019 (sur lequel aucun habitant du secteur n’a formulé de remarque lors de l’enquête publique), que HHA a travaillé.

Contrainte par la loi SRU à atteindre un taux de 20% de logements sociaux (ce taux affecte les résidences principales), la ville de Wintzenheim, qui paie par ailleurs annuellement une taxe à l’Etat pour ce déficit, n’a pas vraiment de moyens de s’opposer à un projet qui est conforme aux documents d’urbanisme et qui répond à une demande croissante de logements dans le secteur. Toutefois, cela ne l’empêche pas de demander à HHA des efforts d’aménagements pour éviter les nuisances (recul face à la rue, stationnement, espaces verts, etc.), de prévoir un aménagement arboré place de la gare pour améliorer le cadre de vie de la zone après avoir aménagé le parc Herzog dans sa totalité pour le bien-être des habitants de tout Logelbach.

Le PLU étant suspendu pour une contestation localisée à Wintzenheim-centre, en attente du jugement en appel, une adaptation du PLU de 2005 a été publiée en toute transparence, puis approuvée par le conseil municipal.

Je rappellerai aussi que depuis plusieurs années, la « mort programmée » du café de la gare, faute de repreneur, a conduit à la vente du bien foncier, ce que beaucoup d’habitants du quartier savait, et personne n’est venu rencontrer le Maire ou son 1er Adjoint à leurs permanences pour évoquer le devenir du terrain…

La vie en société impose de composer avec l’ensemble de la population, l’ensemble des contraintes diverses, et tout cela dans le respect d’un équilibre social et économique et dans le respect des droits de tous et de chacun, y compris d’un bailleur social.

Remarquons également que ceux qui se battent pour que les villes ne s’étendent plus sur les terres agricoles sont maintenant curieusement parmi les mêmes qui refusent que l’on construise en ville, alors même que la densification des centres-villes est au cœur des politiques environnementales.

Enfin, et cela est une remarque à titre personnel, se nommer « collectif Logelbach village », quand on vient habiter un logement situé en continuité parfaite de la grande ville de Colmar pour bénéficier de tous les avantages de sa proximité, la notion de village en étant ainsi bien éloignée, c’est aussi étonnant que de critiquer un maire qui assume et vient parler en face à face avec ses administrés.

Daniel LEROY, 1er adjoint au Maire délégué au Quartier de Logelbach